Accueil / Stages / Stages 2015-2016 / Formation professionnelle, qualification, emploi

Formation professionnelle, qualification, emploi

Dates : 25 et 26 novembre 2015

de 9h30 à 18h le 25/11
de 9h à 16h le 26/11

Lieu : l’École Estienne 18 boulevard Auguste-Blanqui 75013 à Paris.

Attention : il y a eu changement par rapport aux lieux annoncés avant le 12/10 (siège de la FSU, puis celui du SNEP)

Description du stage

L’élévation des qualifications des salariés et la reconnaissance collective de ces qualifications constituent assurément un des axes importants pour sortir de la crise systémique (économique, sociale, écologique) que nous subissons.

Comment améliorer la formation afin qu’elle ouvre vers un travail de qualité, où la professionnalité de chaque salarié sera enfin reconnue, de l’ouvrier ou de l’employé au cadre ?

Comment avancer dès aujourd’hui vers plus de démocratie sociale en ce sens et construire un rapport de forces plus favorable au syndicalisme, et dès aujourd’hui dans les différentes formes de la « gouvernance » de la formation professionnelle ?

Telles sont les questions que nous proposons d’aborder lors de ce stage, à partir de points de vue et de postures différents, que ce soit dans le domaine académique ou social.

Publics visés : FPQE, militants des CESER/CREFOP/CNEFOP, CFR, SN (notamment SNUEP, SNETAP, SNES, SNESup, SNU-PE, SNUTEFI), les militants siégeant en CPC (ou équivalent ) et/ou suivant ces questions (notamment SNES, SNUEP, SNETAP, SNESUP, SNEP). Invitation de militants CGT (confédéraux) travaillant les questions formation-emploi.

Déroulement du stage

Modalités : 5 thématiques, dont 4 introduites par une table-ronde pluraliste (chercheurs/syndicalistes, ou chercheurs ayant des champs de recherche complémentaires…). Puis débats interactifs avec la salle.

Introduction du stage ( FSU) : 9h 30

- Thème 1 : La nécessaire élévation des qualifications, Diplômes et reconnaissance collective des qualifications en 2 parties.

Mercredi 25 - matin - 10h /12h / TR1. L’élévation nécessaire des qualifications

Thématique  : le concept de qualification (salarié/emploi/travail). Des évolutions passées (des années 60 à la fin des années 90) à la situation aujourd’hui. La question des compétences.
Les enjeux actuels : éléments de prospective ; une élévation des qualifications reconnues à leur niveau, dans le cadre d’un travail de qualité s’appuyant sur la créativité de tous les salariés ? Notamment dans la perspective d’un autre système productif (transition écologique) ? Les difficultés pour y parvenir et notamment l’état des relations sociales.

  • Les qualifications d’hier à aujourd’hui ; la notion de « non-qualifié » ; la question des compétences ; Perspectives. Par José Rose, Professeur émérite de sociologie, LEST (AMU), Aix. Directeur scientifique du CEREQ (2003-2008)
     [1]
  • Présentation du rapport DARES/France Stratégie « Les métiers en 2022 » ( avril 2015). Dont les évolutions prévisibles des inégalités actuelles notamment de genre. Par Céline Jolly , économiste, département Travail-Emploi de France Stratégie.
     [2]
  • Le point de vue de la FSU. Les enjeux des qualifications au CNEFOP. Par Stéphane Tassel, représentant de la FSU à la commission « Qualifications » du CNEFOP.

Mercredi après midi 14h- 16h / TR2. Diplômes et reconnaissance des qualifications

Thématique : La problématique du diplôme en France ; la remise en cause de la place du diplôme aujourd’hui dans un double mouvement : la certification ; la dénonciation de « l’inflation » des diplômes. La reconnaissance collective des qualifications : origine, évolutions, situation aujourd’hui.

  • Historique de la place du diplôme en France ; comparaisons ( Angleterre, Allemagne…) ; la reconnaissance collective des qualifications ; la concurrence des certifications aujourd’hui (dont CQP) ; évolutions induites par le Compte Personnel de Formation et la liste des formations éligibles au CPF. José Rose, et Tristan Poullaouec, maître de conférence, Université de Nantes
     [3]
  • Réactions de syndicalistes aux deux interventions précédentes ; leurs points de vue sur la place des diplômes dans la reconnaissance collective des qualifications et sur les reculs en ce domaine.
    • CGT (confédération) : Catherine Perret (sous réserve)
    • CFDT (confédération) : G. Bensaïd

- Thème 2 : Référentiels de formation, de diplômes, de gestion de ressources humaines… en relation avec le travail « de qualité ».

TR 3. Mercredi après-midi – 16h 15 - 18h 15

Thématique : La formation et les diplômes dans les voies technologique et professionnelle en relation avec le réel du travail et la question de sa qualité.
Problématique des référentiels : modalités d’élaboration en CPC et évolutions ; la question des compétences dans les diplômes, dans la formation, en matière de GRH ; comment aborder les référentiels pour tenir compte de la réalité du travail ?

  • Présentation de la problématique référentiels et travail , à partir de ses recherches, par Bernard PROT, maître de conférences , CNAM, Equipe de Psychologie du travail et clinique de l’activité (Yves Clot) [4]
  • Les représentants enseignants, salariés et employeurs en CPC réagissent à l’intervention de Bernard Prot :
    • CGT- Francine Pierre (CPC Métallurgie, représentant les salariés)
    • FSU CPC : SNES-FSU (CPC métallurgie, représentant les enseignants)
    • UIMM : (sous réserve), représentant les employeurs.

- Thème 3 : L’apprentissage et la voie scolaire : quelles évolutions souhaitables ?
TR4. Jeudi matin 9H-12h

Thématique : Eclairage historique (spécificités française : l’apprentissage et sa scolarisation ; développement d’une voie professionnelle et d’une voie technologique ; le cas du Supérieur) ; les évolutions depuis les années 80 ( volonté de développer l’apprentissage (tous niveaux) ; résultats et effets sur les différents niveaux du secondaire au supérieur) ; quelle relation avec la démocratisation de l’accès aux qualifications (l’apprentissage, une voie sélective et genrée ; critiques des statistiques d’insertion…) ; la question de l’alternance plus largement ; comparaisons avec l’Allemagne.

  • Présentation de la problématique générale de l’apprentissage en France : une voie privilégiée depuis 1987 ; de multiples programmes de développement ; un échec, sauf dans le supérieur ? Par Prisca Kergoat, maître de conférences en sociologie, Université de Toulouse.
     [5]
  • L’apprentissage en Allemagne : à resituer d’une part au sein du système allemand de relations sociales et de la place de l’industrie et du « métier » d’une part, et d’autre part , par rapport au système éducatif allemand. Par Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques
     [6]
  • Quelles formes de contrôle par l’organisation syndicale : formation, conditions de travail et d’apprentissage, salaires… Quelles relations entre l’apprentissage et l’importance en Allemagne de la production industrielle et la professionnalité au sein du monde ouvrier ? Avantages et inconvénients d ou insuffisances de ce système de formation ? Avec un représentant de la DGB / IG Metall ( sous réserve)
    • SNUEP-FSU et SNETAP-FSU : Le point de vue syndical FSU.

- Thème 4 : La démocratie sociale en matière de formation/emploi : où en est-on ?
Après - midi 14h-16h

Thématique : CREFOP-CNEFOP, quel fonctionnement ? Réflexion plus large sur la démocratie sociale au niveau régional ; le rôle (effectif) des rectorats-DRAAF et de la Région dans le cadre de la carte des formations et de l’orientation.

  • quelle problématique pour une démocratie sociale aux niveaux national, régional et local ? par Gérard Aschieri , Président de l’Institut de Recherches de la FSU, Représentant de la FSU au CESE, à partir de son expérience au CESE sur les sujets formation-emploi,
  • La situation au CNEFOP et dans les CREFOP : problèmes, difficultés, perspectives. Par Thierry Reygades, FSU-FPQE, représentant la FSU au CNEFOP

nombre maximum de participant-es : 50
s’informer sur la procédure d’inscription à un stage

télécharger la fiche d’inscription pour ce stage
télécharger l’annexe à la fiche d’inscription (liste d’hôtels)

Remarque : Ce stage donne lieu à autorisation d’absence, la demande d’autorisation est à déposer un mois au minimum avant le stage auprès de votre responsable de service.

- modèle de demande de congé syndical pour les agents de la fonction publique (FPE-FPT)
- modèle de demande de congé syndical pour les salariés du secteur privé

titre documents joints


[1Biblio
Rose José, Qu’est-ce que le travail non qualifié ?, Paris : La Dispute, 180 p. (Travail et salariat) 2012
Rose José, « Travail non qualifié, personnes peu qualifiées ou emplois sous-qualifiés ? », Chroniques du travail, 3, p. 54-71, 2013
Rose José et Maillard Fabienne,« Penser les diplômes au regard de la vie professionnelle : une nécessité, une gageure ou une opportunité ? », in Former, certifier, insérer. Effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, p. 77-94. (Des Sociétés) 2011.

[2Au sein du département Travail - Emploi du Centre d’analyse stratégique, elle a coordonné les travaux sur les projections d’emploi à moyen et long terme

[3Biblio : Le Diplôme, arme des faibles. Les familles ouvrières et l’école, La Dispute, 2010

« L’inflation des diplômes » ? Pourquoi le diplôme est-il devenu incontournable ? Les inégalités d’accès aux diplôme ; la question de la déqualification des diplômes.

[4Ouvrage : Les référentiels contre l’activité - En formation, gestion, certification, (Dir), Octares, 2014.

[5« Les formations par apprentissage. Quels enjeux pour la formation des ouvrier(e)s et des employé(e)s ? », Coordination du numéro (avec Valérie Capdevielle), Revue française de pédagogie, n°183, 2013.
2002 Thèse de doctorat en sociologie : « L’apprentissage dans les grandes entreprises en France. Etude de trois cas. » sous la direction de Lucie TANGUY, Université Nanterre, Paris X.

[6Nombreux articles dans la revue sur le système économique et social allemand.
Made in Germany. Le modèle allemand au-delà des mythes, Seuil2013.

Haut de page